L’isolation extérieure en bois, que ce soit en laine de bois ou en bardage bois, est une solution écologique et esthétique pour améliorer la performance énergétique de votre logement. Dans cet article, découvrez les avantages d’une isolation extérieure bois, les étapes clés de sa mise en œuvre, ainsi que les aides financières disponibles.

Les avantages de l’isolation extérieure en bois

Une maison moderne avec plusieurs fenêtres et une isolation extérieure en bois

L’isolation par l’extérieur en bardage bois présente plusieurs atouts :

  • Une bonne protection pour le bâti : Cette technique permet de protéger le mur et la structure du logement, tout en assurant une meilleure longévité à l’ensemble. Outre sa résistance, le bois possède également d’excellentes propriétés isolantes tant thermiques qu’acoustiques.
  • Une performance énergétique importante : grâce à l’épaisseur des panneaux de bois utilisés, qui peut atteindre jusqu’à 25 cm, la perte de chaleur est fortement limitée. Il en résulte une économie notable sur votre facture de chauffage et une meilleure maîtrise de vos dépenses énergétiques.
  • Un aspect écologique : le matériau bois est majoritairement issu des forêts françaises gérées durablement et possède un excellent bilan carbone. C’est donc un choix intéressant pour limiter votre empreinte environnementale.
  • Un esthétisme renouvelé : l’utilisation du bois donne un côté naturel et harmonieux à la façade de votre maison, avec différents styles et finitions selon le type d’essence choisie. En outre, cette isolation peut être recouverte d’un bardage en bois coloré, métallique ou même effet pierre pour un rendu final adapté à vos goûts.

Les différentes essences de bois pour une isolation extérieure

Pour réussir votre isolation extérieure en bois, vous devez choisir des essences de bois adaptées. Les critères de choix comprennent la durabilité naturelle, la stabilité dimensionnelle, et l’esthétique.

Des planches de bois empilées.
  • Les bois résineux : Ils sont généralement utilisés pour les bardages extérieurs. Parmi eux, on peut citer le pin Douglas, le pin sylvestre, ou encore le mélèze.
  • Les bois feuillus : Moins fréquents pour l’isolation extérieure, certains feuillus comme le chêne ou le châtaignier peuvent également être utilisés en bardage. Ces bois sont plus denses et rigides et offrent une meilleure durabilité.

Quatre étapes clés pour réussir son isolation extérieure en bois

Afin de profiter au mieux des atouts de l’isolation extérieure en bois, voici un aperçu des principales démarches à suivre:

1. Choisir le type de panneaux et fixations

Il existe trois grandes familles de lambris en bois massif :

  • Le lambris standard : c’est le modèle le plus courant et le moins coûteux. Il se compose de planches de bois brut assemblées entre elles par rainure et languette.
  • Le profil élégi : ce type de lambris présente une finition plus soignée, avec des angles arrondis. La mise en œuvre est également facilitée grâce aux profils clipsables.
  • Le bardage ajouré : constitué de planches espacées d’une lame d’air, il confère à votre façade une meilleure ventilation naturelle et permet de dissimuler d’éventuels câbles ou canalisations. En revanche, son coût est plus élevé.

Concernant les fixations, il est recommandé de choisir des vis autoperceuses inoxydables à large tête pour une pose rapide et durable.

2. Préparer le support

Avant l’installation du bardage extérieur, vérifiez que votre façade est bien propre et exempte de défauts tels que fissures, déformation, etc. Au besoin, procédez au ravalement de la surface en réalisant un enduit de rebouchage et/ou un traitement contre l’humidité.

3. Poser les lames de bois

Pour la pose de l’isolation extérieure en bois sur l’ossature de votre maison, il est essentiel de respecter quelques règles de base :

  • Laissez un espace d’environ 10 millimètre entre les planches et le sol pour assurer la ventilation et éviter la stagnation de l’eau. Utilisez des cales pour maintenir cet écartement constant.
  • Commencez par poser les planches horizontalement en bas de la façade et remontez progressivement jusqu’à atteindre le toit. Pour une meilleure efficacité thermique, croisez les joints entre chaque rangée de panneaux.
  • Fixez les planches de manière régulière, tous les 40 à 60 cm selon l’épaisseur des panneaux. Veillez à ne pas trop serrer les vis pour permettre aux lames de se dilater sous l’effet des variations de température.

N’oubliez pas de laisser une ouverture sur vos fenêtres et portes pour assurer leur bon fonctionnement. Vous pouvez réaliser un cadre en bois autour de ces éléments pour une meilleure intégration esthétique.

4. Appliquer les finitions

Enfin, vous pouvez ajouter différents types de finitions à votre isolation extérieure en bois:

Une main portant un gant, tenant un pinceau, entrain de peindre le bois extérieur d'une maison.
  • La peinture : elle offre un large choix de coloris et permet de protéger le bardage contre les intempéries et l’humidité. Vous pouvez utiliser une peinture acrylique ou glycéro selon vos préférences.
  • Le saturateur : ce produit nourrit les fibres du bois, évite le grisement et améliore la durabilité du matériau tout en conservant son aspect naturel.
  • Les cornières : elles sont posées sur les angles du bâtiment pour une finition plus nette et homogène.

Aides financières pour réaliser une isolation extérieure en bois

Dans la majorité des cas, réaliser une isolation extérieure représente un investissement important. Heureusement, des aides financières et dispositifs existent pour faciliter cette opération sur les logements français :

  • MaPrimeRénov’ : Cette aide est destinée aux propriétaires occupants en fonction de leurs ressources. Elle permet de financer une partie des travaux d’isolation extérieure tout en bénéficiant d’un accompagnement technique.
  • Éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) : Il s’agit d’un prêt sans intérêts pour financer les travaux d’économie d’énergie, dont l’isolation extérieure. Les bénéficiaires sont les propriétaires, bailleurs ou occupants, sans condition de ressources.
  • Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) : Ce dispositif fiscal permet de déduire une partie des dépenses engagées pour l’isolation thermique par l’extérieur du logement principal, sous certaines conditions (performance des matériaux utilisés, qualification de l’entreprise réalisant les travaux, etc.).
  • Les aides de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH) : L’ANAH propose des prix travaux aux ménages les plus modestes souhaitant améliorer la performance énergétique de leur logement en y réalisant, notamment, des travaux d’isolation extérieure en bois.
  • Les Certificats d’Economies d’Energie (CEE) : Ces certificats peuvent être obtenus auprès des fournisseurs d’énergie et permettent de bénéficier d’une remise sur les coûts des travaux d’amélioration de l’efficacité énergétique du logement, comme l’isolation extérieure en bois.

Isolation extérieure bois : en résumé

L’isolation extérieure en bois offre une solution performante, esthétique et écologique pour l’amélioration du confort énergétique d’un logement. En suivant les étapes clés présentées dans cet article et en bénéficiant des diverses aides financières disponibles, votre projet d’isolation extérieure en bardage bois devient plus facile à réaliser.

Retour en haut