Construction bois et sécurité incendie

La construction bois est par nature combustible, il convient cependant de corriger quelques idées reçues à propos de la résistance au feu du bois, en comparaison avec d’autres matériaux de construction. Le bois présente une excellente tenue au feu, notamment une capacité à conserver ses propriétés mécaniques lors d’un incendie, laquelle permet le maintien de la stabilité des ouvrages.

Les principaux atouts du bois sont une très faible dilatation thermique et une très faible conductivité thermique. Par ailleurs, en se consumant, le bois dégage 1500 fois moins de gaz toxiques que d’autres matières. Certains pays comme la Suède et quelques provinces allemandes interdisent d’ailleurs les menuiseries en PVC et leur préfèrent celles en bois.

Lors d’un incendie, le bois transmet la chaleur 12 fois moins vite que le béton, 250 fois moins vite que l’acier et 1 500 moins vite que l’aluminium. Le cœur des éléments en bois reste protégé de l’incendie plus longtemps. En se consumant, le bois forme en surface une couche carbonisée, environ 8 huit fois plus isolante que le bois lui-même, ce qui a pour effet de freiner la combustion. Ainsi, le bois se consume lentement (0,7 mm par face et par minute – Bois Feu 88) et, les maisons ossature bois, ne subissant pas de déformation, conservent plus longtemps leurs capacités mécaniques que d’ autres types de structures.
Notez que les pompiers peuvent intervenir dans une maison Bois qui aurait pris feu, ce qui n’est pas le cas d’une maison dite traditionnelle qui risquerait à n’importe quel moment de s’effondrer subitement.

Pour une information complète concernant la construction bois et la sécurité incendie, nous vous conseillons de télécharger la plaquette Construction bois et sécurité incendie éditée par le CNDB (Comité National pour le Développement du Bois).